Le divorce (2000)

de Jean-François Regnard

théâtre par Brou Ha Ha

 

Regnard part d’un postulat très simple : pas de divorce sans mariage. Côté divorce : un couple, Sotinet et Isabelle. Lui conçoit la vie de façon réglée et raisonnable. Elle est coquette et vit de fêtes nocturnes. Du désaccord au divorce, il n’y a qu’un pas qu’Aurélio, le frère d’Isabelle voudrait la voir franchir. Servantes et valets s’en mêlent. C’est alors un tourbillon de fourberies, d’intrigues et de masques. Le divorce aura-t-il lieu ? Peut-être.

Côté mariage : Ce qui est sûr, c’est que Regnard, qui mène le bal, a moins de goût pour le divorce que pour le mariage. Mariage de deux cultures théâtrales, de deux traditions, de deux tendances artistiques. Côté Sotinet : l’exactitude française, la comédie sérieuse, les goûts de Louis XIV. Côté Isabelle : le gros rire de la Comedia dell’Arte, les masques et les lazzis, les goûts de la Régente.

En 1688, alors que les Italiens n’ont plus bonne presse, Regnard tente de leur redonner vie. Qu’on ne s’y trompe pas : le titre de la pièce, Le Divorce, est lui-même un masque !

Mise en Scène : Christophe Cauvin

Avec :
Matthias Chang, Ronan Couilerot, Mathilde Devès, Laëtitia Matoura, Adeline Mangou, Manuel Martins, Tiana Sublet, Noëmie Trancoso.

Voir toutes les pièces