On ne badine pas avec l'amour (2001)

de Alfred de Musset

théâtre par Brou Ha Ha

 

Tel un chœur antique, le Chœur conte, raconte, prophétise. Un cadre bucolique empreint de fantaisie voire de féerie. Un château.

Le Baron attend impatiemment l'arrivée de son fils Perdican et de sa nièce dont il a minutieusement préparé la cérémonie du mariage prévu depuis leur enfance. Mais le destin est autre : Les deux jeunes ne se parlent pas, sinon froidement. Tous les deux utiliseront des masques successifs. Intentionnellement ou non. Cependant, ils ne se connaissent pas eux-même, se cherchent, croient jouer d'un masque alors qu'ils sont sincères, être sincères alors qu'ils jouent. Et ils badinent, avec force mensonges, coquetteries, duperies, esquives et feintes. Dès lors, les conséquences du badinage virent à l'engrenage tragique ; et si les deux cousins parviennent enfin à retrouver la voie/voix de leur cœur, c'est au prix d'un crime dont ils pourraient se dire responsables.

Autour de ce drame évoluent le Baron, Blazius, Bridaine et Dame Pluche qui semblent inoffensifs et, en définitive, désarmés. C'est à se demander s’ils concourent à l'action. Mais les agitations de ces fantoches ne sont pas un élément tout à fait étranger à l'histoire. Quand un vrai drame se joue entre quelques êtres, il y a forcément autour d'eux quelques curieux, plus ou moins intéressés à l'issue du drame, mais ignorants, incapables de comprendre quoi que ce soit et d'avoir aucune influence, sinon fortuite, sur son déroulement. Le Baron, comptant ses sous comme un épicier, Bridaine et Blazius ne vivant la jouissance sensuelle qu'à travers l'ivrognerie et la goinfrerie et Pluche, prude et bigote à l'hystérie sont les caricatures du monde des adultes et des conventions sociales mais aussi des doubles grotesques et rebutants de Camille et Perdican.

Les obstacles à leur amour sont intérieurs : amour propre, peur de l'amour, méfiance et doute quant aux sentiments de l'autre. Il faudra une série d'épreuves pour que les sentiments véritables parviennent à la conscience des deux héros et soient alors pleinement assumés. Mais le jeu des masques, trop longtemps utilisé, a retardé cette révélation. Rosette doit mourir.

Mise en Scène : Christophe Cauvin

Avec :
Matthias Chang, Ronan Couillerot, Mathilde Devès, Manual Martins, Adeline Mangou, Laëtitia Matoura, Tiana Sublet, Noëmie Trancoso.
Direction d'acteurs : Gabriel Chang, Florent Meyer

Voir toutes les pièces