Le chevalier de la charrette (2003)

adapté de Chrétien de Troyes

théâtre par Astyamioches

 

Vous n’avez jamais lu Le Chevalier de la Charrette ? Jamais entendu parler de Chrétien de Troyes ?… Vous avez des excuses. C’est que pendant des siècles on a considéré que les Lettres françaises étaient nées à la Renaissance et que le Moyen-Age ne nous avait guère légué que des cathédrales, des églises, une Chanson de Roland et peut-être un Tristan… Encore n’avions-nous accès qu’à de rares morceaux choisis dans des anthologies dont les auteurs nous serinaient que le Moyen-Age était une période d’obscurantisme… D’ailleurs, qui lisait les romans de Chrétien de Troyes à la fin du XIIème siècle ? Presque personne : c’étaient des jongleurs qui les donnaient à voir et à entendre à des parterres de seigneurs ou de vilains, bien moins lettrés que vous ne l’êtes. Ainsi, en langue romane, et pas en latin, naissait le roman français, sans lecteur et avec peu de livres.
C’est la lumière de cette naissance que nous avons voulu célébrer en traduisant et adaptant Le Chevalier pour le théâtre. Point n’est besoin de l’avoir lu. Point n’est besoin de savoir lire, il suffit d’ouvrir les yeux et de tendre l’oreille quand le jongleur paraît.
Avec lui, marchons dans le pas de Lancelot, écoutons son chant quand il rêve éveillé, tremblons aux battements des armes et des cœurs, voyons les enluminures s’extraire des manuscrits, glisser sur scène et s’animer... Voici Lancelot suspendu au-dessus de l’eau noire du fleuve infernal. Son sang coule sur l’épée blanche qui meurtrit ses chairs. Voici Guenièvre, le « blanc fantôme » apparaissant dans le noir écrin de la nuit. C’est sur les draps blancs de son lit qu’est tombé goutte à goutte le sang vermeille du chevalier. Suivons le rouge, le blanc et le noir, laissons nos sens nous transporter, découvrons la fin de l’histoire… Et puis, le spectacle achevé, le rideau refermé, la salle désertée, revenus dans l’intimité de nos vies, ouvrons le livre et lisons-le.
Alors notre quête n’aura pas été vaine.

Mise en Scène : Bertrand Pascual, Caroline Destermes

Avec :
Katia Baro, Adèle Bizot, Maxime Bizot, Amélie Courtines, Baptiste Gentilleau, Vincent Marcadé, Camille Pascual, Léa Pillot, Antoine Rocher, Guillaume Seiler.
Direction d'acteur : Sophie Chassaing, Caroline Destermes

Voir toutes les pièces